Eclairer l'avenir

Thalys : le CESER se mobilise contre la suppression de la desserte Lille

Le 28 février dernier, la Direction de Thalys a confirmé la suppression de la desserte à Lille de ses trains à compter de 2019. Ce sont 4 liaisons quotidiennes qui vont ainsi disparaitre.

Inaugurée en 2014, cette liaison reliant Lille à Amsterdam via Bruxelles concerne aujourd’hui plus de 300 « navetteurs » quotidiens.

Cette décision de suppression prise unilatéralement, sans la moindre concertation avec les territoires et les usagers ne peut manquer de susciter l’inquiétude et l’incompréhension de la société civile. Le CESER entend se mobiliser contre cette mesure injuste et pénalisante pour les usagers, la métropole et la région.

Cette suppression qui « fait disparaître Lille des radars européens» ne manquera pas de provoquer des conséquences économiques graves, y compris bien sûr sur l’emploi. C’est un signal très négatif adressé au monde économique et à ses acteurs.

Thalys justifie sa décision par la faiblesse du taux d’occupation moyen sur ces quatre trains quotidiens et par la diminution du trafic depuis 2015.

Alors que cette compagnie ferroviaire, filiale à 60% de la SNCF et de 40% de la SNCB, a transporté 7.2 millions de personnes entre la France, la Belgique, l’Allemagne et les Pays Bas en 2017, et que la fréquentation de la ligne Paris-Amsterdam a progressé de 6%, comment ne pas s’interroger sur l’opportunité d’une telle décision ?

Thalys a publié un chiffre d’affaire record pour 2017 en hausse de 11% à 509 millions d’euros. Dans le même temps, la SNCF s’apprête  à une rénovation de grande ampleur de la gare Lille-Europe. Comment comprendre dans ces conditions la suppression de ces quatre liaisons journalières?

Cette mesure pénalisera fortement des usagers qui empruntent quotidiennement cette ligne pour leur travail et qui ont déjà été pénalisés par l’instauration de quotas de voyageurs depuis l’année dernière par Eurostar sur la ligne Bruxelles-Lille.

La suppression de la desserte compliquera encore plus l’organisation des usagers qui devront par ailleurs disposer de plusieurs billets pour accéder à leurs correspondances.

Le lien Amsterdam-Lille sera aussi et bien sûr impacté par cette décision. Ainsi et par exemple, les acteurs économiques et les touristes néerlandais qui constituent un public essentiel pour la métropole verront leurs déplacements vers Lille « porte d’entrée de la région » fortement gênés par cette décision.

Comment ne pas s’inquiéter également de l’important report modal vers la route que va provoquer un tel choix ?

Les élus de la Métropole, Damien CASTELAIN, Martine AUBRY et de la Région autour de Xavier BERTRAND ont manifesté leur désaccord à cette suppression.

Le CESER s’inquiète également de ce coup porté au rayonnement international de la Métropole dont la dimension européenne s’affirme pourtant de plus en plus : de nombreuses entreprises internationales, des laboratoires de recherche se sont installés et se développent sur ce territoire d’excellence, l’université de Lille est devenue la deuxième université francophone du monde. Lille devient Métropole Européenne. Elle s’illustre dans bien des domaines et sera par exemple capitale mondiale de Design en 2020.

Autant d’institutions, d’entreprises, d’écoles, de femmes et d’hommes dont l’action et les projets développent chaque jour la dimension européenne de Lille et dont le rayonnement de celle-ci doit bénéficier à toute la région.

Considérant tous ces éléments, le CESER demande aux responsables de Thalys de reconsidérer leur décision.

thalys
Thèmes de publication

Abonnement newsletter

Restez informé - abonnement à la newsletter
Adresse mail de l'abonné

Nos partenaires

Région Hauts-de-France       CESER de France       cese